• +33(0)1 45 65 36 10
  • Email
LesAnneesVinLes Années Vin.

Les Domaines - Domaine Huet

Millésimes anciens

Les Vins Sec

 Clos du Bourg sec, 1973
Conditions climatiques : normales, pas de pluviométrie importante, floraison mi juin, début des vendanges à mi octobre. Rendement élevé, acidité faible.
Rebouché en 2003.
Robe à reflets verts en­core jeune.
Le nez est très développé et présente des notes de végétaux comme la gentiane fumée, herbes sauvages, sauge, angélique con­fite.
Bouche jeune et très fluide, attaque vive, praliné et sucreacide. La mâche est vive avec arôme citrus qui rafraîchit le vin. Très bonne persistance. Bonne redemande. Finale amande amère.

 Haut Lieu sec, 1964
Conditions climatiques : Très bel ensoleillement, acidité faible.
Rebouché en 1994
Robe soutenue bien dorée.
Joli nez sur le noyau, l'amande, l'huile de noix avec des notes de pain grillé. Un coté zan, torréfié. Nez très riche, puissant, rappelant l'eau de vie.
On retrouve en bouche les mêmes arômes avec une petite note oxydative. Bouche très structurée et puissante. Ce vin commence son apogée sans pour autant être au stade tertiaire.

Les Vins Tendres

 Haut Lieu tendre, 1943
Conditions climatiques : millésime de guerre
Rebouché en 2003;
Robe profonde..
Le nez est très évolué et complexe sure des notes de nèfle, coing, fruits compotés, épices, miel de châtaignier.
La bouche est en harmonie avec le nez, évoquant la datte, le pruneau, l'abricot sec, le caramel.
Belle structure sur un équilibre acidulé. Finale tonique assez longue. C''est un Vouvray d'une grande pureté, complexe et très subtil. Déjà délicieux et harmonieux, il a conservé beaucoup de fraîcheur et pourra être gardé encore longtemps.
Haut de page

 Clos du Bourg tendre, 1970
Conditions climatiques : beau millésime, belle maturité, vendanges relativement précoces. Rendement important. Plus de passerillages que de botrytis.
Bouchon d'origine.
Robe à reflets verts encore très jeune.
Une note de céleri puis des arômes de giroflée caractérisent le nez cristallin, jeune et tonique de ce vin.
Bouche pleine et fraîche où l'on retrouve les mêmes arômes avec des notes d'abricot confit et de gingembre. La finale présente un côté citronnelle, cardamone, et une très belle longueur rehaussée d'une pointe de réglisse.
Haut de page

 Haut Lieu tendre, 1962
 Conditions climatiques : très difficiles, beaucoup de pluie. Vent d'est qui a permis un excellent passerillage.
Rebouché en 2003.
Robe brillante et dorée.
Nez de sous-bois aux notes torréfiées, discret car complexe et très fin.
La mâche est mordante et vive. Bouche alliant confit et fraîcheur avec beaucoup d'harmonie. Ce vin monte en puissance au fur et à mesure de la dégustation mais conserve un galbe tendre derrière la mâche. Il vous pénètre et développe toute sa complexité en vous.
Belle longueur gourmande.
Haut de page

 Haut Lieu tendre, 1959
Conditions climatiques: grande année du Vouvray, très bonnes conditions.
Bouchon d'origine.
Robe à reflets verts.
Nez hydrocarbure, puissant..
La bouche un peu linéaire présente des arômes de cire d'abeille, crème brûlée catalane et caramel au lait. Beaucoup de minéralité. Note de réglisse en finale. Le côté cristallin que l'on retrouve dans les autres millésimes n'est pas présent ici c'est un vin massif qui a beaucoup de caractère.
Haut de page

 Le Mont tendre, 1955
Conditions climatiques : bon climat, volume raisonnable.
Rebouché en 1994.
Belle robe brillante.
Le nez est puissant, évolué mais encore précis et confit sur une note de vieux rhum.
La bouche est complexe et caractérisée par des touches de cacao blanc, verveine, miel, pain d'épices, fraise écrasée. Le milieu de bouche a un côté feuille de havane et la finale vivifiante repart sur des fruits rouges surmûris.
Haut de page

 Le Mont tendre, 1953
Conditions climatiques : année douce avec du vent d'est.
Bouche d'origine.
Robe brillante ambre dorée.
Force de nez, arômes de mandarine confite, botrytis.
On goûte en bouche une légère amertume et des notes de champignon, grain de café, zan, torréfaction. Une pointe de gaz carbonique soutient agréablement la richesse et la complexité de ce millésime. La finale est très longue, monastique.
Haut de page

 Haut Lieu tendre, tendance sec, 1949
Robe ambrée.
Le nez est discret et fin avec un peu de nèfle et une pointe d'iode.
Grande complexité des arômes en bouche : pâte de coing, noix grillée, réglisse évoluant sur le zan, et le goudron. Très belle finale serrée qui relève le vin.
Haut de page

Les Moëlleux

 Le Mont moëlleux, 1973
Rebouché en 2003
Robe très jeune.
Très belle délicatesse dans le nez.
L'attaque en bouche est une friandise, il y a beaucoup de fraîcheur et une belle acidité. Jolie gamme aromatique : pollen, réglisse, verveine, citron, herbe fraîches. Belle longueur tonique.
Haut de page

 Le Clos du Bourg moëlleux, 1971
Conditions climatiques : année très chaude, très faible rendement (17-18 hl/hectare), grande acidité, concentration maximum.
Rebouché en 2003.
Nez lourd, très puissant.
La bouche est tonique et incisive. Des notes d'épice, citron, muscat et pâte de coing la caractérisent. Beaucoup de mâche. Finale citrus tendue. A carafer.
Haut de page

 Le Clos du Bourg moëlleux, 1964
Conditions climatiques : beaucoup de soleil, nuits très fraîches.
Nez aux arômes d'amande, cire d'abeille, confiture de mirabelle, évoluant sur le noyau.
Belle attaque en bouche, vin puissant et chaleureux à la mâche duveteuse. Bouche ample et riche se terminant sur le zan.
Très équilibré, plein et gras.
Haut de page

 Le Clos du Bourg moëlleux, 1953
Robe diffuse.
Le nez est élégant et très fin, citrus.
Bouche délicate, tendre et suave aux arômes bien fondus de crème à la vanille caramélisée, tilleul, coing compoté. beaucoup de tension jusqu'à la finale longue et tonique, encore jeune.
Belle harmonie entre le nez et la bouche.
Haut de page

 Le Haut Lieu 1ère Trie, 1959
Conditions climatiques ; très grande année du Vouvray, vent d'est.
Rebouché ?
Superbe robe profonde, ambrée.
Le nez est envoûtant et présente des arômes très prononcés de manque, fruits exotiques très mûrs, notes mentholées et un côté hydrocarbure.
Bouche magnifique, racée, soyeuse et fondante sur la truffe blanche.
La finale est fruitée et gourmande.
Haut de page

 Le Haut Lieu moëlleux, 1947
Conditions climatiques : année exceptionnelle.
Un monstre !
Nez un peu volatile soutenant parfaitement le fruité. Notes de mandarine confite, goudron de bois, grillé, évoluant vers le sous bois, la truffe.
La bouche est très confite, la texture coulante et tonique. Très bel équilibre entre l'alcool et le sucre. Extrêmement long en bouche.
Haut de page

 
Accueil | La Vigne | La Vinification | Les Vins | Evènements | Inscription
Copyright © DANIELE GERAULT EURL LES ANNEES VIN, Tous droits réservés